Qui aime bien, vaccine peu !


                                    
Aucun vote pour le moment

Qui aime bien, vaccine peu !

Faire un choix adapté

Sans remettre en cause l'efficacité des vaccins, cet ouvrage pose la question de leur multiplication dans des population en bonne santé.

Peut-on sans risque obliger le fragile organisme du nouveau-né à s'immuniser contre cinq ou six maladies? Et lui faire subir avant deux ans une quarantaines d'inoculations accompagnées de leurs additifs et de leurs impuretés?

Vaut-il la peine de protéger votre enfant contre des maladies bénignes ou improbables? Est-il sans danger d'intervenir dans leurs défenses naturelles pour un bénéfice discutable? Ces vaccinations massives et précoces n'ont-elles pas leur part dans l'inquiétante augmentation d'autres maladies chez l'enfant: otites, angines, bronchites, sinusites, allergies, asthme, ou même affections graves?

Est-il plus risqué de vacciner ou de s'abstenir?

Ce livre propose une alternative à ce dilemme. Se basant sur une longue pratique quotidienne, les auteurs affirment qu'il est possible de vacciner moins massivement et de manière plus nuancée, en tenant compte de chaque situation: âge, lieu de vie, fréquence et gravité de la maladie, voyages, etc. Ce petit livre, accessible à chacun, permettra au lecteur de faire un choix adapté à ses données personnelles.


PAGES
FORMAT
COLLECTION
N° COLLECTION
ISBN
120 105 x 175 Pratiques 132 978-2-88911-944-8

4,95 €

Disponible

Sans remettre en cause l'efficacité des vaccins, cet ouvrage pose la question de leur multiplication dans des population en bonne santé.
Peut-on sans risque obliger le fragile organisme du nouveau-né à s'immuniser contre cinq ou six maladies? Et lui faire subir avant deux ans une quarantaines d'inoculations accompagnées de leurs additifs et de leurs impuretés?
Vaut-il la peine de protéger votre enfant contre des maladies bénignes ou improbables? Est-il sans danger d'intervenir dans leurs défenses naturelles pour un bénéfice discutable? Ces vaccinations massives et précoces n'ont-elles pas leur part dans l'inquiétante augmentation d'autres maladies chez l'enfant: otites, angines, bronchites, sinusites, allergies, asthme, ou même affections graves?
Est-il plus risqué de vacciner ou de s'abstenir?
Ce livre propose une alternative à ce dilemme. Se basant sur une longue pratique quotidienne, les auteurs affirment qu'il est possible de vacciner moins massivement et de manière plus nuancée, en tenant compte de chaque situation: âge, lieu de vie, fréquence et gravité de la maladie, voyages, etc. Ce petit livre, accessible à chacun, permettra au lecteur de faire un choix adapté à ses données personnelles.

Commentaires

Bonjour,

Je suis à la recherche d'infos sur les motivations des pour / contre la vaccination (obligatoire ou libre). J'ai ouvert votre site parce que les avis de médecins sont rares.

Je voudrais juste dire ma motivation pour refuser la vaccination obligatoire parce que nulle part je ne vois ma façon de voir. Bien sûr je suis d'accord avec la plupart des motivations anti-vaccinations et aucune de ces raisons ne semble émouvoir les pro-vaccination. Voici ma première motivation : j'ai 65 ans et j'ai été victime d'un abus sexuel à l'âge de 13 ans. A partir de l'âge de 13 ans, on apprend beaucoup sur la marche du monde mais on n'oublie jamais, d'autant plus que l'auteur de l'acte était un enseignant du collège. La majorité des enfants du monde viennent sans rien d'autre que leur corps comme possession ; il est impossible de tolérer que les adultes puissent imposer leurs travers et leurs fantaisies aux enfants.

 

Selon moi, la vaccination obligatoire est un viol. En conséquence de quoi, on peut dire que notre civilisation est totalitaire. A quel titre devrais-je faire confiance aux adultes ? Ils font tous les jours la preuve qu'injecter un poison mortel à des populations entières ne leur ferait pas peur. Les seuls adultes en qui les enfants peuvent à la rigueur faire confiance pour vouloir véritablement leur bonheur, ce sont les parents. Ce sont eux seuls qui en pâtiront en cas d'infirmité à vie, n'est-ce pas ? Même le Docteur Joyeux ne semble pas entendre ce que je dis, ou du moins mon point de vue lui semble orobablement mineur (il n'a jamais exprimé d'avis sur les anti-vaccination obligatoire), alors où allons-nous ? Je vous remercie pour votre temps.

Chère Madame,

Avant toute chose, nous sommes sincèrement navrés de ce que vous avez vécu.

Jouvence s’est toujours sentie concernée par le dossier de la vaccination et par les problématiques qu’il pose. Nous avons donc publié cet ouvrage afin d’apporter un éclairage aux parents qui souhaitent se renseigner davantage.

Nous espérons qu’il sera utile à ses lecteurs et alimentera le débat de façon positive.

Bien cordialement,
Les éditions Jouvence